suite suiteDébut et fin des deux actes passés devant notaire à Avignon les 5 et 15 décembre 1637 (passer la souris)
S eigneurs et coseigneurs
Folio 1 & 7 du cadastre de 1583. A remarquer que le moulin de Crillon est déja nommé le vieux moulin.
accentuation rajoutée, orthographe et tournures d'époque
Le 13 mars 1232 , en remerciement de ses bons et loyaux services, Ponce d'Astoaud, juriste avignonnais et chancelier reçoit de Raymond VII comte de Toulouse le terroir de Velleron avec la haute, moyenne, basse justice. L'inféodation fût confirmée en 1239. Le 26 avril 1335 le fief fût partagé en deux parties l'une pour Pons d'Astoaud III, l'autre pour Philippe d'Astoaud. Pons d'Astoaud III et descendants La partie de Pons d'Astoaud III resta peut'être attachée à la lignée ( les mariages, les alliances, les cousinages, etc ne simplifient les choses ) jusqu'à la vente en 1637 par Pierre d'Astoaud à Paul de Cambis seigneur de Cairane et Brantes : La vente s'effectua en deux fois: Le 5 décembre 1637 , devant le notaire apostolique et royal d'Avignon, vente d'une grange appelée "la grande bastide" et ses tènements d'environ cent saumées. Elle était louée à Charles Baculard de Pernes. Est vendue également une autre grange appelée "la Royere" avec ses tènements d'environ cinquante saumées inclus un bois à cheval sur Pernes et Velleron, cette terre était louée à Thomas Choquin de Velleron. Un moulin à bled (moulin "Senet") et un martinet à poudre sont aussi vendus avec tous les instruments à moudre et le terrain de deux émines. Le tout est cédé pour douze mille écus de soixante sous pièces ... Le 15 décembre 1637 , sont vendue la terre, la seigneurie et juridiction haute, moyenne, basse que ledit seigneur de Velleron possède au dit lieu de Velleron et son terroir ensemble le château avec sa postelle, maisons, jardins, prés, garennes, pigeonniers, terres, vignes, vergers, bois censés, tasques, disains, vingtains, domaine direct, universel et foncié, tel qu'il a dans son fief, droit de chasse, pêche, eaux et cours, passages, péages, pulvérages ( taxes sur les troupeaux, à l'origine taxe sur la poussière soulevée par les troupeaux ) et généralement tous les biens et droits que le seigneur d'Astoaud tant juridictionnel feudaux qu'allodiaux et acquit au lieu de Velleron et son terroir, sans oublier les honneurs, privilèges, préséances et prérogatives, droit de créer des juges et autres officiers, ainsi que les tines, pressoirs à bouillir et presser le vin, pierres à tenir l'huile se trouvant dans le château. Le droit sur une chapelle à droite du grand autel. Sont vendus également tous les arrérages de cens et des lods... La vente est faite moyennant le prix et somme universelle de quinze mille cinq cent écus de soixante sols tournois ainsi que le payement de quatre mille écus pour un amortissement d'un fond de feu Paul d'Astoaud, de mille écus au seigneur de la Fare, huit cent écus à Marguerite d'Astoaud (soeur de Pierre d'Astoaud) ou au monastère où elle prendra l'habit de religieuse. Le seigneur de Cambis payera comptant sept cent six écus quarante sols à Pierre des Astoaud... Descendance de Philippe d'Astoaud La succession de Philippe d'Astoaud est plus compliquée mais resta dans la lignée malgré la vente en 1631 par Françoise de Chasteauneuf à Diane des Gerardy d'Aubret, dame douairière d'Oyse car François de Berton administrateur des biens de son fils Louys de Berton conseigneur de Velleron héritier de Thomas de Berton son oncle fit usage du droit de prélation. (acte de prélation, trente pages) === Les archives des XVIe et XVIIe semblent montrer que les deux coseigneurs possèdent les mêmes pérogatives pour la justice et divers droits, il est difficile de savoir s'il y a un seigneur dominant. Cette cohabitation pose souvent problème alors les deux parties passent devant notaire pour régler les problèmes de fours banaux, de cens, de propriétés, de clôtures, de confronts, du ramassage du bois mort, etc.. Tout au long des archives on retrouve ces transactions devant notaire qui font allusion à des procès antérieurs. Par exemple, lors de la transaction du 7 décembre 1614 entre Françoise de Chasteauneuf et Paul des Astoauds: "comme de nombreux procès... et se référant à un accord du 30 septembre 1542 les deux parties mettent à jour les problèmes de justice, d'impôts et de péage, soixante ans plus tard le 27 octobre 1674 Louis de Berton et François de Cambis se retrouvent devant notaire " Et desirants lesdites partyes terminer a l'amiable lesdits differents et esviter toutes les fascheuses suites dont les procès sont accompagnés, et les despans qu'il faut faire en leur poursuittes" Les coseigneurs ont également des problèmes avec les prieurs de Notre Dame de Nazareth de Velleron (Ce n'est pas la paroisse). Voir par exemple la transaction signée devant notaire par Jean de Tulle évêque d'Orange et prieur du prieuré de Notre Dame de Nazareth et Splandian de Montmorency le 4 septembre 1610 . 23 janvier 1567 Transaction Entre Noble Louise Viarrone Et Noble Thomas Des Astoauds Seigneur pour L'autre Moitié Du Dict Lieu De Velleron Cet extrait de transaction passé à la rectorie de Carpentras(10 pages) indique les terres détenues par les deux coseigneurs et devrait aider (avec le cadastre de 1583) à l'ébauche d'une carte approximative. Au Nom de Dieu Soit, à Touts soit notoire, Comme ainsin soit que feust meu proccès, à la cour de la Rectorie de Carpentras entre les processeurs de Généreuse et puissante Dame Noble Louise Viaronne Dame pour la moitié du lieu de Velleron, femme de puissant seigneur Noble pierre de châteauneuf conseigneur d'entraiges d'une part et les prédécesseurs de généreux et puissant seigneur Noble Thomas des Astoauds seigneur pour l'autre moitié dudit lieu Velleron d'autre successivement entre icelle Dame Viarronne et ledit seigneur des Astoauds ( ... ) Item a esté accordé entre les dictes parties que la partie de montagne appartenant à la dame Viarronne se trouvera de la juridiction du dict Sieur des Astoauds comme étant dans son fief toutefois que tant que la dicte DameViarronne et les siens la tiendront, et possèderont sera icelle moytié franche de directe et cense, et en cas d'aliénation à d'autres personnes que aux siens se tiendra la dicte partie de montagne, ( ... )
Accueil site Velleron Religion Au jour le jour Noblesse Chronologie Population Toponymie