Miettes d'histoire
 
L'essentiel des pages Velleron, Chronologie, Toponymie, Histoire procède de mes recherches d'amateur avec pour seule ligne directrice, découvrir l'histoire  des "petites gens" que la grande histoire souvent néglige, n'hésitez pas à signaler les erreurs historiques ou autres. Des ajouts viendront petit à petit. (Vous trouverez des détails en suivant les liens avec les mots ou expressions soulignés ou les boutons: Noblesse, Éphéméride " petits et grands événements du village ", Population" le tiers-état, ses biens, ses règles... plus austère, des chiffres, etc ", Religion tout ! ou presque sur l'église ). Il est toujours possible de demander des compléments d'information sur ces pages,  je le ferai avec plaisir si je les possède encore ou si je les retrouve ! (francois.gandy@wanadoo.fr). L'essentiel des informations provient de la lecture directe des textes d'époque avec leurs styles, la ponctuation pratiquement absente et l'orthographe. Plus tard, un glossaire verra peut-être le jour. Je cherche celle ou celui qui pourra m'aider pour les textes latin du XVI et XVII°, d'avance merci.Dans la page "archives" accessible à partir de la page d'accueil il sera possible de télécharger des dossiers au format pdf
 
De nos jours :       Velleron 84740, commune du Vaucluse, arrondissement de Carpentras, canton de Pernes-les-Fontaines. 3017 habitants en 2006, membre de la communauté du grand Avignon, altitude : 40 m à 246 m. Superficie : 16,39 Km2 (photos).
Préhistoire :             les collines autour du village présentent des traces d'occupation.
Après 500 av JC :    présence d'un oppidum : certains écrits en parlent sans explication?
Gaule, Gallo-grec, Gallo-romain : Preuves nombreuses : des poteries, des pierres gravées, la dernière en 2008 avec une inscription gauloise en lettres grecques.
Moyen âge :          le don d'une partie de l'église en 1080 indique une communauté déja importante à cette époque. Avec Mazan, le comte de Toulouse Raymond VII donna en 1232 le terroir de Velleron à Pons d'Astouaud, son chancelier pour bons et loyaux services. Au XIV° Velleron est devenue, comme la majorité des villages du Comtat Venaissin, une "coseigneurie" avec deux seigneurs non résidants
XV au XVIII° : De nos jours on retient seulement les seigneurs de Crillon, Cambis, Videaud bien qu'au cours des siècles au gré des successions les coseigneurs s'appelèrent Cavallieri, Viarron, Montmorency, Chasteauneuf... La vie des habitants "de basses conditions" s'écoule avec ses problèmes cycliques : mauvaises récoltes, famines, épidémies, impôts, soldats, etc.. Quelques événements exceptionnels : constitution d'une confrérie de pénitents en 1681, constitution d'une charité en 1737 et construction d'un hôpital en 1767.
A la révolution :     le 14 septembre 1791 le Comtat Venaissin est rattaché à la France, la vie continue malgré les turbulences révolutionnaires, Velleron aura huit condamnés et guillotinés (dont le coseigneur de Videau et sa mère) par la commission d'Orange. Les biens des seigneurs et émigrés, les chapelles des pénitents et de saint-Michel sont vendus comme biens nationaux.
L'Empire et la Restauration :                                                                                                          
Second Empire :      
Troisième république: avec  Lagnes, le village a la réputation de "bouffeur de curé". En 1872, Roumanille, félibrige, fait paraître une pièce de théâtre en provençal " Lis enterro-chin", "les enterre-chiens", il est question d'un enterrement civil à Velleron dont les habitants sont catalogués de " bèu deforo et dedins noun", "Beau au-dehors et non dedans". Le dicton originel serait "béu deforo noun et dedins noun", " boit au dehors et dedans non"
Religion
Velleron
Accueil site
Toponymie
Noblesse
Chronologie
Au jour le jour
Population